Plan et réseau CGTE en 1965

Extension de l’entreprise

Nous avons pris livraison de la totalité de notre commande de 21 trolleybus articulés. Ces voitures sont aujourd’hui en service sur la ligne 3-33. Notre modernisation serait terminée si le nouveau dépôt était sous toit. Malheureusement, diverses circonstances indépendantes de notre volonté n’ont pas permis de donner le premier coup de pioche. Dès lors, nous avons dû aménager l’aire de la zone Arve pour garer une partie de nos véhicules.

Nous sommes, certes, très reconnaissants à la Ville de Genève d’avoir bien voulu nous attribuer une parcelle à Châtelaine pour y édifier notre futur garage. Mais la solution n’est pas idéale et nous restons con­vaincus que notre expansion se ferait de façon beaucoup plus rationnelle si la pointe de la Jonction pouvait être mise à notre disposition.

Les études relatives à l’extension du réseau, commencées l’an passé, sont achevées. Elles portent sur un nouveau plan qui, pour une décennie, nous mettra en mesure de desservir le canton eu égard à l’évolution démographique telle que nous la connaissons actuellement. Il est évident que le programme établi n’est que transitoire car notre modernisation doit pouvoir s’inscrire dans les réalisations futures concernant la circu­lation à Genève. Les trams subsisteront sur la ligne N° 12; il n’en sera pas de même pour la Ceinture, qui devra s’adapter à l’itinéraire routier formé de deux boucles partiellement distinctes et à sens unique.

Des autobus articulés remplaceraient les tramways qui, eux, seraient utilisés pour intensifier les services de la ligne N° 12. Le reste du réseau serait renforcé au moyen de matériel conventionnel et, pour la ligne N° 2, de trolleybus articulés.

On imagine aisément que d’importantes mises de fonds seront nécessaires. Pour les trouver, l’appui des Autorités sera indispensable.

Constitution du réseau et horaires

Différents travaux d’urbanisme ont apporté la perturbation dans nos services. Toutefois, ces réalisa­tions ont contribué à une amélioration réelle de la fluidité du trafic. Il s’agit notamment de l’élargissement du pont du Mont-Blanc lequel, depuis le 30 mai, a donné une voie supplémentaire à la circulation privée. Les travaux à la rue du Stand nous ont contraints de faire sortir et rentrer tous les trams et autobus par le boulevard de St-Georges. D’autre part, les rails de cette artère ont été renouvelés. La modification du rond-point de la Jonction amena la fin des embouteillages spectaculaires que nous déplorions à ce carrefour. Enfin, l’achèvement du pont des Grandes-Communes nous a permis de supprimer, dès le 15 novembre, la navette par autobus entre le Petit-Lancy et la Cité Nouvelle d’Onex, et de mettre en service le nouvel embranchement de la ligne 2-22. Toutefois, le chantier a retardé jusqu’à la date précitée l’entrée en vigueur de l’horaire d’hiver.

L’événement majeur sur notre réseau fut l’inauguration de la ligne G qui, partant de Rive, dessert le quartier de la Gradelle pour arriver à son terminus provisoire, au chemin de la Montagne. Pour l’instant, l’occupation des véhicules est encore très médiocre car tous les immeubles de cette nouvelle cité satellite ne sont pas terminés ou occupés.

Enfin, différentes adaptations de moindre importance, intéressant tant l’horaire que les parcours, ont été rendues indispensables pour répondre aux besoins du trafic.

Tarif

Pour diminuer nos déficits qui allaient croissant, nous avons été dans l’obligation d’augmenter le tarif dès le 1 ” novembre 1964. Nous nous sommes efforcés de ne modifier que le prix des titres de transport auxquels s’attachaient les prestations les plus avantageuses pour les voyageurs, qui n’avait été rajusté que très légèrement ou pas du tout lors du changement de tarif en 1962.

Nous avons relevé de 20% le prix de nos abonnements mais, pour atténuer les conséquences de cette mesure inéluctable, un abonnement suburbain a été créé. Nous avons également porté de 60 à 80 et. la taxe de plein tarif pour les courses qui se prolongent en zone suburbaine, tandis que, sur le réseau de campagne, les prix ont été corrigés en maintenant l’échelonnement de 20 et. Toutefois, les taxes de la zone urbaine sont demeurées sans changement. Enfin, la gratuité dont bénéficiaient les porteurs de carnets de tickets pour un trajet effectué en zone suburbaine lors de courses mixtes, fut supprimée.

La carte du réseau de 1965 de la CGTE

Plan du réseau, année 1965 - Collection bustramgeneve