Plan et réseau CGTE en 1966

La CGTE en bref dans l’année 1966 (source CGTE)

Extension de l’entreprise

Aucune réalisation marquante n’a été enregistrée cette année. Nous avons appris avec une vive satis­faction que le Conseil d’Etat renonçait à construire l’école de formation professionnelle à la Pointe de la Jonction et que ce terrain nous serait attribué pour y installer un nouveau garage. C est là une solution particulièrement heureuse et nous remercions le gouvernement de l’avoir choisie. Dès que les locataires actuels auront libéré les lieux, soit le 31 décembre 1967, nous prendrons possession de la parcelle et I aména­gerons de manière à y entreposer nos véhicules dans les conditions les meilleures et les plus économi­ques possible.

Un autre projet important a retenu notre attention : la mise en exploitation de la Ceinture par des autobus. A ce propos, de nombreux essais ont eu lieu pour déterminer le genre de voitures que nous devions com­mander. Il est apparu que les autobus articulés ne remplissaient pas les conditions fixées. Continuant les études, nous sommes arrivés à la conclusion que les autobus conventionnels de quelque 12 m. de long et d’une contenance de 100 voyageurs seraient mieux adaptés à ce service. Aussi est-ce la solution qui fut retenue. Sauf imprévus, en automne 1968 le changement du mode de traction sera réalisé sur la ligne N° 1.

Au cours de l’exercice écoulé, les recherches sur la perception automatique se sont développées et nous pensons être en mesure d’introduire ce nouveau système lors de la mise en service des autobus sur la ligne N” 1. Rappelons que le procédé consiste à placer des distributeurs-oblitérateurs de billets sur la chaus­sée, à chaque arrêt. Le voyageur doit se munir de son titre de transport avant de monter en voiture. C’est là une modification fondamentale qui permettra d’étendre le service à un agent sur toutes nos lignes et de combattre la pénurie endémique de main-d’œuvre.

Signalons encore que les aménagements de notre ligne N” 1 s’inscrivent dans le cadre du projet de la double ceinture routière à sens unique et comportant des tronçons séparés. Nous partageons pleinement les espoirs du Département de justice et police sur les résultats de cette transformation qui permettra certainement à nos véhicules de retrouver la vitesse commerciale indispensable au trafic de cette ligne.

Constitution du réseau et horaires

Notre réseau et nos horaires n’ont pas subi de modification dans leur principe; ils ont été adaptés aux besoins du trafic.

Les principaux changements furent les suivants:

  • —    dès le 7 mars, la desserte du nouveau bâtiment de l’OMS par les autobus de la ligne F.
  • —   le 5 septembre, mise en service d’autobus supplémentaires pour les élèves des collèges du cycle d’orientation de La Gradelle et de Pinchat.
  • —   le 25 septembre, soit dès l’horaire d’hiver, prolongation de la ligne 7 jusqu’à l’entrée de la cité du Lignon.
  • —   le 12 novembre, nouveau parcours sur la ligne 4 dans la direction Grand-Lancy — Palais-Wilson: depuis le Palais des expositions, les trolleybus empruntent le boulevard Carl-Vogt, la rue de l’Ecole- de-Médecine et reviennent sur l’avenue du Mail.

D’autre part, vu la faible utilisation des voitures de la ligne G, la fréquence des courses a été réduite à 20 minutes les jours ouvrables et à 40 minutes les dimanches.

Les km-voitures parcourus se sont élevés à 9.338.546 contre 9.529.715 en 1965, d’où une diminution de 2%.

Tarif

Il n’a pas changé en 1966. De nombreuses réclamations ont été formulées par les habitants des cités satellites et plusieurs pétitions ont été déposées devant le Grand Conseil pour obtenir une réduction de taxes au profit des populations de ces quartiers suburbains.

Devant l’ampleur du mouvement, le comité de direction a créé une Commission du tarif. Le conseil d’administration a fait siennes les propositions qui lui ont été soumises et qui seront appliquées dès le 1 •’ juin 1967. Il s’agit d’une fusion des réseaux urbain et suburbain et de l’augmentation de la taxe unique à 50 c. Le coût du billet de la zone urbaine est élevé de 10 c. mais celui de la zone suburbaine est abaissé de 30 c. De plus, par l’utilisation du carnet de tickets à prépaiement le prix d’une course est réduit à fr. 0,387.

Le nouveau tarif apporte également une grande simplification et offre toutes les possibilités d’adapta­tion à la future perception mécanisée.

La carte du réseau de 1966 de la CGTE

Plan réseau année 1966 – Collection bustramgeneve

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Pour recevoir les mises à jour, abonnez-vous !