Chemin de fer Vigezzina-Centovalli : centenaire mais plus vivant que jamais

Le chemin de fer Vigezzina-Centovalli fête ses 100 ans ! L’inauguration du train historique qui relie Locarno à Domodossola a effectivement eu lieu le 25 novembre 1923. L’anniversaire important est a été souligné exactement 100 ans après l’inauguration officielle par un événement de célébration s’est déroulé au Palacinema de Locarno en présence de nombreux invités, parmi lesquels des représentants du politique, institutions, économie et tourisme. Durant la soirée, le calendrier d’événements et d’initiatives qui se poursuivront jusqu’en novembre 2024 pour célébrer le premier siècle de vie de la ligne ferroviaire.

L’importance des visions, de l’esprit de collaboration et de l’ingéniosité. C’était le fil conducteur des différentes interventions qui se sont succédées au cours de la soirée présentée par Christa Rigozzi et avec le participation des artistes de l’Académie du Théâtre Dimitri. Peter Füglistaler, directeur du bureau La Fédération Fédérale des Transports (UFT), a axé son discours sur le caractère unique des circonstances dans lesquelles a déterminé la naissance du chemin de fer. « Au cœur de cette histoire se trouve un accord conclu entre les La Suisse et l’Italie en 1918, c’est-à-dire au moment où l’Europe s’apprêtait enfin à mettre fin à la Première Guerre mondiale. Au lieu de se replier sur eux-mêmes, nos deux pays ont choisi de construire ponts, au sens propre comme au sens figuré ». Le directeur de l’UFT a ensuite souligné l’importance du ferroviaire et son renforcement également dans les régions périphériques. « Le train, peu polluant et capable de transporter un grand nombre de personnes et de marchandises à la fois est un élément crucial pour promouvoir la décarbonation et garantir la sécurité d’approvisionnement de notre pays ».

Était également présent à l’événement le directeur du Département du Territoire, Claudio Zali, qui a parlé de la rôle de la Vigezzina-Centovalli dans le contexte du système ferroviaire régional tessinois e transfrontalier. « Un rôle stratégique confirmé par les interventions de renforcement du matériel matériel roulant qui sera réalisé au cours des deux prochaines années par le Canton et le Confédération. En effet, huit nouveaux trains seront introduits, également compatibles avec les besoins de COMMUNIQUÉ DE PRESSE personnes handicapées. L’investissement total est estimé à environ 94 millions de francs. Une figure cohérent qui atteste de la reconnaissance de la valeur et de sa contribution au niveau tessinois e transfrontalier”. De son côté, le bourgmestre de Locarno Alain Scherrer a souligné l’importance de Le chemin de fer non seulement d’un point de vue économique et touristique, mais aussi d’un point de vue humain. “Là Centovallina et ses acteurs menés par le maire de Locarno Francesco Balli ont constamment capable de résister, de se renouveler et d’évoluer. Il y a une anecdote historique qui m’a beaucoup touché profond. En fait, je me souviens que Giovan Battista Rusca est tombé pendant la Seconde Guerre mondiale. Ossola et grâce au train a mis en sécurité des centaines d’enfants de la région au stade du Lido de Locarno, dans une action aux limites de la légalité”.

Le Vigezzina-Centovalli est un train, oui. Mais c’est aussi et surtout un moyen de transport qui cache un incroyable histoire de visions et de personnes, avec des éléments presque « de conte de fées ». Le réalisateur l’a souligné du FART Claudio Blotti : « En cent ans, les histoires et les vies se sont entremêlées dans les wagons et le long des voies d’agriculteurs, de bergers, d’émigrants, de contrebandiers, de réfugiés, de pèlerins. Mais aussi d’artistes, d’acrobates, acteurs internationaux, écrivains. Nous parlons d’un moyen de transport qui a traversé deux guerres événements mondiaux, intempéries, glissements de terrain, inondations et crises financières. Le résultat? Vigezzina-Centovalli est ici aujourd’hui. Centenaire, mais plus vivant que jamais.” Ceci a été repris par Michele Ferroglio, président du conseil d’administration de Administration SSIF : « Le projet de gestion ferroviaire se poursuit aujourd’hui caractérisé par un fort esprit de collaboration, de partage et d’union territoriale, dans le but de créer et de maintenir un service d’intérêt public et économique essentiel pour des territoires d’une extraordinaire beauté qui le train traverse.”

Événements et initiatives jusqu’à fin 2024

Au cours de la soirée, le président du FART Paolo Caroni a présenté le calendrier des événements et des initiatives qui se poursuivront jusqu’à la fin de l’année prochaine. En plus du cachet commémorative (disponible dans toutes les agences de La Poste et à la Billetterie FART) et le livre « 100 années de Centovallina”, l’un des points forts sera la présence, tout au long de 2024, d’un espace d’exposition réservé pour le centenaire du Musée des Transports de Lucerne, le plus visité de Suisse. On attend également avec impatience la présentation d’une maquette d’une partie de la ligne et du train historique. au Swissminiatur de Melide prévu le 25 mars 2024, suivi de la présentation à la fin de l’automne du modèle des nouveaux trains Stadler. De nombreuses autres manifestations sont programmées : de la présence d’un stand aux principaux événements de la région et de la Suisse à la chasse au trésor en collaboration avec Rete Tre, des portes ouvertes des FART au spécial Treno del Gusto. Paolo Caroni a déclaré : « Le Notre objectif est de profiter de cet anniversaire pour promouvoir l’image de Chemin de fer utilisant différents canaux, du traditionnel au numérique. Des événements ouverts à tous population ont pour objectif de rappeler et de renforcer le lien qui unit tous les Tessinois et le nôtre. compatriotes, au chemin de fer Vigezzina-Centovalli”.

Le livre « 100 ans de Centovallina » La tâche de présenter, d’une manière nouvelle, les événements liés à Vigezzina-Centovalli a été confiée à quatre auteurs tessinois qui en ont raconté les facettes sous différents angles: de l’histoire politique et institutionnel de Nicola Pini au social de Mattia Dellagana, avec un look architectural et le paysage de Matteo Inches à l’histoire touristique de Cecilia Brenni. Le résultat? Un beau coffret avec un livre divisé en quatre tomes au sein duquel – grâce à collaboration avec l’agence créative Variante – textes, images, graphiques et ressources multimédia ils dialoguent pour offrir au lecteur une expérience nouvelle et immersive.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.