Plan et réseau CGTE en 1963

La CGTE en bref dans l’année 1963 (source CGTE)

Extension de l’entreprise

L’évolution constante de la population nous oblige à adapter sans cesse notre exploitation aux exi­gences nouvelles. Notre parc de véhicules et nos installations doivent être mis en harmonie avec les besoins de déplacement du public.

Nous attendons la livraison de 21 trolleybus articulés; ils fourniront environ 2800 places supplémen­taires et permettront une desserte plus aisée des quartiers dans lesquels ils circuleront.

En revanche, une solution doit être trouvée pour renforcer les lignes N°‘ 1 et 12, dont la capacité de transport avec les moyens actuels arrive à saturation. Divers points de vue s’affrontent. D’aucuns jugent opportun d’augmenter le nombre de voitures tramways, d’autres estiment souhaitable de les supprimer pour ne plus utiliser que des véhicules routiers. Vu les difficultés de trafic et les nécessités de desserte propres aux secteurs traversés par ces lignes, la Compagnie préconise le maintien du tramway. Un autre argument non négligeable est le côté financier. En effet, le remplacement pur et simple du matériel ferro­viaire par des autobus ou trolleybus, opération dont le coût s’élèverait certainement à 25 ou 30 millions de francs, contre 7 à 8 millions pour l’achat de motrices articulées, se heurterait infailliblement à des objec­tions d’ordre pécuniaire.

Cependant une décision devra être prise à brève échéance. Les délais de livraison étant extrêmement longs, une temporisation nous placerait dans une situation délicate.

Nos recherches d’emplacement pour la construction d’un dépôt ont enfin abouti. Après entente avec la Ville de Genève et la FIPA, une parcelle a été mise à notre disposition près de l’Usine à gaz, à Vernier. Notre gratitude va à ces administrations, qui nous ont permis de résoudre le problème de la création d’un nouveau garage. Mais il faudra du temps pour édifier les bâtiments, dont l’étude a été confiée à quelques groupes d’architectes. Dans l’intervalle, nous parquons une partie de nos véhicules sur la zone Arve de nos terrains de la Jonction. Le matériel de voie qui y était entreposé a été transféré à Cointrin, où la direc­tion de l’Aéroport nous a aimablement accordé la jouissance d’une surface adéquate. Plus tard, nous espérons pouvoir occuper temporairement les anciens hangars des Ports Francs de Cornavin.

Constitution du réseau et horaires

La longueur totale de nos lignes a, cette année, passé le cap des 200 km. Nous avons ainsi le réseau le plus étendu de Suisse, après les CFF et les Chemins de fer rhétiques. C’est dire combien notre effort a toujours été intense pour relier à la ville la majeure partie des localités, même peu peuplées, du canton.

Dans cet esprit, nous avons été amenés à desservir les hameaux de Corsinge et Monniaz sur les lignes A et C, Passeiry et Sézegnin par un nouveau tracé des lignes E-K-L, et une liaison a été instaurée, les jours ouvrables, entre Dardagny et La Plaine. Pour tenir compte du développement de Vernier, la ligne N” 6 a été prolongée jusqu’au chemin de la Crotte-au-Loup.

Un événement à signaler est la disparition de la fameuse boucle de Cornavin, qui a fait place à une esplanade en plateforme indépendante réservée aux arrêts des lignes N°‘ 1, 3, 6, F, X et Z. La Ceinture traverse le nouveau refuge dans les deux sens de marche. Cette réalisation, qui a été menée à bien par le Département des travaux publics, en collaboration avec la police et notre Compagnie, a apporté une sensible rationalisation de la circulation générale à Cornavin. Les travaux ont été effectués pendant l’hiver, plus par­ticulièrement en début d’année, sous le gel et la neige. Les administrations précitées n’en ont que plus de mérite.

L’augmentation du trafic a entraîné plusieurs améliorations d’horaires. Précisons que l’accroisse­ment du nombre des véhicules privés a ralenti la vitesse commerciale de nos services en ville dans des proportions inquiétantes. Les temps de parcours ont dû être modifiés, ce qui a nécessité l’utilisation de voitures supplémentaires.

A nouveau, nous devons lancer un cri d’alarme au sujet des conditions de circulation. Il est évident qu’on ne peut pas, en quelques mois, trouver la solution idéale. Mais nous ne répéterons jamais assez qu’un statut privilégié doit être élaboré pour les transports en commun qui, seuls, nous en avons la convic­tion, peuvent apporter un remède efficace à ce problème.

La carte du réseau de 1963 de la CGTE

Collection bustramgeneve

Plan de Genève avec réseau CGTE de 1963

Plan collection bustramgeneve

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Pour recevoir les mises à jour, abonnez-vous !

[jetpack_subscription_form show_subscribers_total=”false” button_on_newline=”false” custom_font_size=”16px” custom_border_radius=”0″ custom_border_weight=”1″ custom_padding=”15″ custom_spacing=”10″ submit_button_classes=”has-text-color has-white-color” email_field_classes=”” show_only_email_and_button=”true”]