La motrice cantine de la CGTE

Parmi les tâches sociales entreprises par la CGTE, l’une des principales est la lutte contre l’alcoolisme, menée en collaboration avec la Caisse de Secours-Maladie du personnel et le Groupe abstinent des employés CGTE.

Persuadés de l’importance des mesures préventives dans ce domaine, nous avons étudié de près les moyens que l’on peut utiliser pour développer la consommation des boissons non-alcooliques et sommes arrivés à la conclusion que la méthode la plus efficace consistait à aménager un réfectoire dans une automotrices. D’une part, en effet, la mobilité de la voiture lui permet d’atteindre les points intéressants, tels que lieux de relève, chantiers de la voie, etc…, et d’autre part, le courant électrique fourni par la ligne de contact est une source d’énergie toute indiquée pour la cuisson des aliments. L’originalité même de cette solution constitue, de son côté, un attrait non négligeable et susceptible d’attirer certains agents qui entreront plus facilement dans une voiture de service de la CGTE que dans un établissement de tempérance.

La voiture transformée, une ancienne automotrice No 6, la première des voitures reconstruites dans les ateliers CGTE, et qui, par le fait qu’il s’agissait d’un essai, ne présente pas les mêmes caractéristiques que les autres voitures de la série 1-24, ultérieurement reconstruites.

Cantine CGTE - Collection archive SNOTPG
Cantine CGTE – Collection archive SNOTPG

Le wagon-cantine, à deux essieux et deux moteurs, comprend, comme toutes les automotrices, deux postes de commande. Le compartiment central a été divisé en deux par une cloison montant jusqu’à hauteur d’appui. D’un côté se trouve le réfectoire proprement dit, avec une quinzaine de places, dont 8 assises, et de l’autre la cuisine. L’une des plateformes a été complétement fermée et constitue une annexe de la cuisine. L’autre plateforme sert d’accès au réfectoire.

La capacité relativement faible du réfectoire permet cependant à la cantine de faire face à tous les besoins, le matin notamment pour le service du déjeuner. Chaque jour ouvrable, 180 agents du roulement (wattmen, conducteurs et conducteurs d’autobus) prennent leur service au Dépôt de la Jonction. Ces prises de service se répartissent comme suit :

  • de 05h24 h à 07h34 : 146 agents
  • de 10h50 h à 10h58 : 6 agents
  • de 11h30 h à 12h02 : 28 agents

Si l’aménagement général de la voiture n’a pas présenté de difficultés spéciales, il n’en a pas été de même en ce qui concerne l’équipement de la cuisine. Dès le début de nos études, nous avons décidé d’utiliser l’énergie électrique pour le chauffage des aliments, mais nous nous sommes immédiatement heurtés à des difficultés car, d’une part, il n’existe à notre connaissance aucun wagon-restaurant à cuisine électrique alimentée par courant continu et, d’autre part, les constructeurs d’appareils électriques de chauffage ne pouvaient envisager, pour l’alimentation en énergie des marmites, percolateurs, etc…, l’emploi d’une tension aussi élevée que celle de notre réseau, soit 600 volts.

Après étude, nous avons renoncé à la solution la plus simple au point de vue électrique et qui aurait consisté à coupler en série plusieurs appareils de même puissance, car ce couplage aurait entraîné des sujétions gênantes et même des dangers.

Dès lors, il ne restait plus qu’à installer un groupe moteur générateur pour transformer l’énergie à 600 volts de la ligne de contact en énergie à 110 volts servant à l’alimentation des appareils, sauf les deux cumulus qui sont pourvus de corps de chauffe à 600 volts. 

Plan technique wagon-cantine - Source AGMT
Plan technique wagon-cantine – Source AGMT

Ces divers appareils sont représentés schématiquement sur le plan annexé.

La distribution d’eau a suscité plusieurs problèmes difficiles à résoudre, étant donné la place très réduite dont nous disposions. Deux réservoirs d’eau froide, de 150 litres chacun, sont montés sur le toit et soigneusement isolés par du liège. Ces réservoirs alimentent directement la distribution d’eau froide et les deux cumulus. Les robinets de prise d’eau sont au nombre de 5, à savoir : un robinet à eau chaude et un robinet à eau froise placés à proxi-mité du percolateur et pourvus de tuyaux souples pour faciliter le remplis-sage des appareils de cuisson, un robinet à eau chaude, un robinet à eau froi-de et un robinet mélangeur, placés au dessus de l’évier.

Toute la distribution d’eau a été étudiée de façon à assurer le fonctionnement en parallèle des réservoirs d’eau froide et des cumulus, tout en permettant par la manoeuvre de vannes appropriées, l’isolement d’un réservoir ou d’un cumulus en cas de besoin. L’alimentation en eau froide a lieu par les hyd-rantes du réseau à basse pression (6 atm.) de la Ville de Genève par tuyaux souples et raccords spéciaux. Les eaux usées sont recueillies dans un réser-voir de 150 litres placé sous le plancher. La vidange de ce réservoir a lieu par l’ouverture d’une soupape commandée de l’intérieur de la voiture et s’ef-fectue au droit des grilles d’écoulement d’eau placées dans les voies.

Signalons encore que des soupapes spéciales ont été prévues pour la rentrée de l’air lors de la baisse du niveau de l’eau dans les réservoirs et pour l’échappement de l’eau à la fin du remplissage, afin d’éviter des coups de bélier.

Cette installation permet de servir rapidement des quantités relativement im-portantes de boissons chaudes (thé, café, chocolat) et aussi de laver facile-ment la vaisselle au fur et à mesure de son utilisation, ce qui est particu-lièrement utile, car les dimensions restreintes de la cuisine ne permettent guère l’approvisionnement de quantités importantes de verres et tasses. Pour le service des boissons fralches, en été, nous avons prévu l’acquisition d’un réfrigérateur qui sera installé ultérieurement.

La cuisine Réfectoire

Tout l’aménagement du wagon, quoique très simple, a été réalisé de façon aussi attrayante que possible : le véhicule est entièrement peint en blanc à l’inté-rieur et en bleu et blanc à l’extérieur, toutes les pièces métalliques appa-rentes sont chromées, le sol est recouvert de linoléum, etc…

L’exploitation de ce wagon-cantine a été confiée au Département social romand qui gère déjà de nombreuses installations analogues, telles que réfectoires économiques des CFF et Maisons du Soldat. Le DSR vouera tous ses soins à four-nir à nos agents des consommations saines, bien préparées et aussi économiques que possible. La gérance de la cantine est assurée par une gérante et un gé-rant, ce dernier faisant également fonction de wattman lors des déplaçements du wagon.

Le wagon-cantine a été inauguré le 10 avril 1931 à 16h00 au dépôt de la Jonction, en présence des représentants des autorités cantonales et municipa-les, des services publics fédéraux, cantonaux et municipaux, des délégués des associations professionnelles des agents de la CGTE, du Département social romand, de la presse, etc… Il a été mis en service le 13 courant a reçu la visite de nombreux consommateurs.

Dans la cantine CGTE - Collection SNOTPG
Dans la cantine CGTE – Collection SNOTPG

Le wagon-cantine stationne le matin de 05h00 à 08h30 heures devant le dépôt de la Jonction pour le service du petit-déjeuner, puis se rend en divers points du réseau où il peut être utile (Cornavin, Rond-Point, Rondeau de Carouge, chantiers de la voie, etc…).

Le wagon-cantine est accessible à tous les agents de la Compagnie, en uniforme ou en civil. Dans ce dernier cas, la carte de circulation servira de légitimation. En outre, les femmes des agents de la CGTE, accompagnées de leur mari, ont également accès au wagon-cantine pour y consommer, et il en est de même pour les enfants des agents.

La Direction de la CGTE, qui n’a pas hésité à consacrer une somme importante à l’aménagement de cette voiture, compte sur la bonne volonté du personnel pour éviter toute détérioration au matériel et pour assurer au wagon-cantine, une clientèle aussi nombreuse que possible, conditions sine qua non de la réussite de cette entreprise.

Caractéristiques de la motrice-cantine

Série : Xe 2/2 611 (ex-Ce 2/2 6)
Construction/Transformation : 1900/1927-1931
Constructeurs :
   partie mécanique : Herbrand, Cologne
partie électrique : AEG. Berlin
transformation : CGTE, Genève
Tare : 11,22 tonnes
Longueur hors-tampons : 8,6 m
Largeur de la caisse : 2,03 m
Ecartement des essieux : 2 m
Hauteur maximum : 3,5 m
Puissance : 2 x 20 chevaux
Vitesse maximum : 25 km/h
Démolition : 1950

Source : Bulletin CGTE du 1er mai 1931

Une remarque ? Un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.