Genève, le plan climat cantonal 2030 – La mobilité

Pour atteindre l’objectif de réduction à 2030 dans le secteur de la mobilité terrestre, il sera nécessaire à la fois de réduire les déplacements effectués en transport individuel motorisé, optimiser le transport de marchandises, favoriser les technologies de propulsion les moins émissives et améliorer l’efficacité énergétique des véhicules.

Les mesures du PCC 2030 relatives à la mobilité s’inscrivent dans la stratégie « Mobilités 2030 » et ses lignes directrices, tout en alignant les objectifs sectoriels au regard du nouvel objectif de réduction des émissions de GES à 2030. L’actualisation de la vision stratégique, portée par « Mobilités 2030 », devra, en parallèle, permettre d’aligner l’ensemble des axes de la politique de mobilité sur une trajectoire compatible avec la neutralité carbone en 2050.

Émissions du Grand Genève (tCO2e) recomposées à partir de la consommation globale d’énergie en Suisse sur la période 1910-2010 (données OFEN).

La réalisation des objectifs 2030 et l’alignement sur la neutralité carbone 2050 passent par la mise en oeuvre des plans d’actions existants, ainsi que par un renforcement des enjeux climatiques dans les prochaines mises à jour de ces documents.

L’une des priorités sera donc de veiller à l’inscription de ces nouveaux objectifs climatiques dans les différents plans d’actions sectoriels du domaine des transports, en particulier :

• Le plan d’action mobilité douce (PAMD),

• Le plan d’action des transports collectifs (PATC),

• Le plan d’action du stationnement,

• Le plan d’action marchandises et logistiques urbaines (PAM).

Par ailleurs, l’objectif de 10 % de véhicules électriques dans le parc genevois en 2030 fixé dans la stratégie cantonale de l’électromobilité doit lui aussi être augmenté.

L’amélioration des moteurs thermiques et le renforcement des normes d’importation de véhicules prévu dans la 3e loi sur le CO2 contribueront également à diminuer la consommation moyenne de carburant du parc automobile genevois et les émissions de GES associées.

Cette diminution de consommation moyenne des véhicules sera néanmoins contrebalancée par l’augmentation démographique prévue d’ici 2030 qui engendrera mécaniquement une hausse du nombre de déplacements en transport individuel motorisé. Selon les hypothèses considérées dans l’estimation de l’effet des mesures, les améliorations technologiques permettront plus ou moins de compenser l’augmentation des émissions de GES liées à l’évolution démographique prévue (environ 20 % d’augmentation entre 2010 et 2030 selon le scénario moyen de l’OCSTAT).

Les mesures proposées dans le PCC 2030 visent à compléter celles prévues dans la loi sur le CO2, principalement en encourageant et incitant aux changements de comportements, selon 3 principes directeurs :

1) Diminuer les déplacements en TIM en développant des services de mobilité (cf. fiche 2.3) et en concrétisant la ville des courtes distances (cf. fiches 4.1 à 4.3) et réduire les émissions liées aux transports de marchandises en les optimisant (cf. fiche 2.6) ;

2) Favoriser les transferts modaux vers des moyens de transports moins émissifs (cf. fiches 2.1, 2.2 et 2.6) ;

3) Favoriser le développement de véhicules moins émissifs (électrification, hydrogène, moteurs ther miques plus performants) (cf. fiches 2.4, 2.5 et 2.6).

Deux mesures transversales pour la mobilité terrestre, visant simultanément ces 3 principes directeurs, complètent les mesures proposées :

• La promotion des plans de mobilité et la mise en oeuvre d’un plan de mobilité exemplaire pour l’État (cf. fiche 2.7) ;

• La mise en oeuvre d’une tarification de la mobilité basée notamment sur son impact environnemental (cf. fiche 2.8).

La modification éventuelle de plusieurs lois et règlements cantonaux, ainsi que la participation à des projets pilotes avec la Confédération (concernant par exemple la tarification de la mobilité basée notamment sur son impact environnemental) seront nécessaires à la réalisation de ces mesures.

Par ailleurs, une interdiction de l’immatriculation des véhicules les plus polluants ou l’introduction de zones de restriction de trafic ne pourront se décider qu’au niveau national.

Concernant le trafic aérien, suite aux travaux de la sous-commission CO2 de la commission consul- tative pour la lutte contre les nuisances dues au trafic aérien (CCLNTA), une mesure visant la réduction des émissions des résident-e-s genevois-es est également présentée dans le PCC 2030 (cf. fiche 2.9).

Une collaboration du canton avec les différentes parties prenantes, en particulier Genève Aéroport, l’OFAC, les compagnies aériennes et les exploitants de lignes de train, sera nécessaire pour définir précisément les actions à entreprendre pour compléter le système CORSIA (carbon offsetting and reduction scheme for international aviation) adopté par les membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), dont la Suisse.

Pour en savoir plus :

– téléchargez le rapport “Plan climat cantonal 2030 – 2ème génération” (pdf)

– Site web : https://www.ge.ch/teaser/plan-climat-cantonal-geneve-2030/plan-climat


Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Une remarque ? Un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.